AFRIQUE du SUD…l’aurore ?

* 

Dans la liste des pays africains
(ordre alphabétique)

l’AFRIQUE du SUD

est en tête

*

0afriksud2210.jpg

*

Quel est donc ce pays ?

***

*

D’emblée ne peut-on dire qu’après les tristes années de l’Apartheid…ce pays devrait être à l’aurore d’une nouvelle vie…
- si ses dirigeants se conduisent en hommes dignes-responsables
- si les trusts apatrides-prédateurs ne les déstabilisent pas
- si les rancoeurs sont enterrées…

*

 0afridkboers.jpg

*

L’Afrique du Sud, pays indépendant depuis le 31 mai 1910, compte 49.320.500 habitants à majorité noire (79,3%) avec un peu plus de 9% de Blancs-9% de métis et 2,6% d’asiatiques.

Habité 40.000 ans avant Jésus-Christ par les Khoisans, il a été investi par les peuples Bantou vers 500 ans ; ceux-ci essaimant, au fil des siècles, sur l’Afrique Noire.

En 1488, son Histoire européenne commence avec le Navigateur portugais Bartolomeu Dias, puis Vasco de Gama (1499) qui passe par le Cap de Bonne Espérance afin de rejoindre l’Inde et ses épices.
Une « colonie » s’installe, en 1652,  afin de ravitailler les nefs de la Cie Hollandaise des Indes Orientales.
Les colonies de peuplement arriveront plus tard par vagues, suite, notamment, aux guerres de religions.

Les « blancs » français et hollandais semblent s’être bien entendus avec les autochtones…
mais, arrivant plus tard, des impérialistes anglais voulurent les territoires où des mines furent découvertes…
Deux guerres des « Boers » laisseront des traces ignobles ;
surtout la 2ème montrant des atrocités pouvant s’apparenter à des
« Crimes contre l’Humanité » !

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Si pour les peuples du monde entier
l’Afrique Noire c’est surtout une faune et une flore incroyablement variées, voire mythiques-magiques qui portent aux rêves et suscitent des légendes ;
pour les affairistes
c’est surtout un sol regorgeant de richesses minérales incomparables
!

*

0afric611.jpg

*

La caractéristique de l’Afrique du Sud ?
1er producteur mondial de diamants
grand exportateur d’or, charbon, uranium…

***

Trois capitalesPrétoriaadministrative
Le Caplégislative
Bloemfonteinjudiciaire

*

0afriksudmines2.jpg

0afriksudmines.jpg0africmine.jpg0afriksudmines3.jpg

*

Les richesses minières sont donc présentes… faisant de l’Afrique du Sud (forte d’infrastructures modernes réalisées par la population européenne)…la 1ère puissance économique du continent africain…dont il  réalise 1/4 du PIB !

Mais, là aussi, les bénéfices ne sont pas équitablement répartis !
Alors une masse d’exploités vivent dans la misère des townships !

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Selon l’indicateur du développement humain du Programme des Nations unies pour le développement , l’Afrique du Sud a reculé de 35 places dans leur classement entre 1990/2005, constatant l’appauvrissement général de la population.
Le nombre de personnes vivant en dessous du seuil d’extrême pauvreté a doublé en dix ans, passant de 1,9 à 4,2 millions, soit aujourd’hui 8,8 % de la population.
Près de 40% des villes en Afrique du Sud sont composées townships et cette différence entre les riches et les pauvres est très visible ainsi que très présente, elle crée à l’origine beaucoup de tension entre les deux classes sociales. Plus de 43 % de la population vit avec moins de 3 000 rands (260 euros) par an. Le chômage a un taux officiel de 23,2%selon l’oit mais les syndicats l’estiment proche de 40 %.

*

0a62.jpg0africpretoria.jpg0a61.jpg

*

Après une période d’observation,
l’euphorie de la fin de l’Apartheid et la naissance d’une classe moyenne semblent ne plus satisfaire un peuple …qui prend tous les blancs comme fautifs.

La hausse de la criminalité
(541 fermiers blancs ont été massacrés entre 1998
et 2001)
incite l’émigration massive,
surtout en Australie ou Nouvelle Zélande (on pense que près d’un million de sud-africains blancs auraient quitté le pays depuis 1994).

Or, les fermiers blancs cultivaient la terre…; les populations qui ont succédé la laisse en friche…Des famines terribles perdurent dans certaines zones.


De nombreux Africains ont immigré en Afrique du Sud pour gagner plus d’argent que dans leurs pays d’origine, mais le sida et la criminalité les font retourner dans leurs villages natals au bout de quelques années. (En mai 2008, Johnesbourg et d’autres villes du pays connaissent de violentes émeutes anti immigrés qui font environ 50 morts, 25 000 sans-abris)

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Tout finira-t-il par des danses-chansons ?

 

Depuis quelques mois, la population manifeste son mécontentement face à la politique du président Jacob Zuma, élu il y a trois mois, notamment sur son programme de lutte contre la pauvreté.
Parmi les principaux griefs évoqués par les Sud-africains :
- les 500 000 emplois promis par le chef de l’Etat
- le chômage établit à 23, 5%
- l’augmentation de l’électricité à environ 30% en juillet, etc.

*

0afrikmandela.jpg0afrikmandela.jpg0afrikmandela.jpg

*

Article complémentaire
http://osee.unblog.fr/2009/02/11

Nelson Mandela

*

0afriq.gif



NOEL …conte africain

ab.gifab.gifab.gif

* 

Préparations pour les fêtes de fin d’année

*

Pour les chrétiens
elles commencent dès le
1er dimanche de l’Avent

(cette année 29-11-2009)
Aussi pendant cette période
dans la mesure du possible les sujets seront-ils festifs
et des contes présents

*

cheerazade122623776607art.gif

 

 MALIKAMU

et le peuple de fainéants

***
*

cyndirella122652839602gros.gifIl y a bien longtemps de cela, un peuple de grands fainéants vivait au bord du Bon Fleuve. Le sol y était fertile et bien humidifié par l’eau du fleuve, si bien que le bétail paissait seul dans les pâturages verdoyants. Les femmes faisaient le peu qu’il y avait à faire, quant aux hommes, ils ne faisaient que paresser et boire de la bière.

Un jour, un étranger arriva au pays du Bon Fleuve. Il ne s’occupait de personne, ne cherchait pas d’amis, mais ne dérangeait personne. Il se construisit une belle maison, très spacieuse, et travailla sans relâche, du matin au soir. Cela finit par déranger certains. Non parce qu’il avait pris la terre sans en demander la permission (il y en avait assez pour tout le monde), ni parce qu’il chassait et pêchait (il y avait assez de gibier dans la steppe et de poisson dans le fleuve). C’était son attachement au travail qui ennuyait les gens. Ainsi, on le surnomma Mulikamu, ce qui veut dire travailleur.

L’étranger devint la risée des hommes qui, à force de se moquer de lui, finirent par le détester. Ils disaient :

 » Curieux personnage ! Il ne parle avec personne et ne fait que travailler. On ne peut rien espérer de bon d’un tel individu. « 

cyndirella122652839602gros.gifUn jour, ils organisèrent un grand rassemblement auquel ils invitèrent également l’étranger Mulikamu. À cette occasion, le sorcier s’adressa à l’assemblée :

 » Depuis peu, un curieux étranger s’est installé dans notre pays. Il ne salue personne et ne parle à personne. Il s’est construit une maison et a pris notre terre. Il chasse dans notre steppe et pêche dans notre fleuve et surtout, il travaille sans relâche. Or , le travail n’est pas l’affaire des hommes, les femmes sont là pour cela. Cet étranger introduit de nouvelles moeurs chez nous, offensant le Bon Fleuve qui nous nourrit. Qu’allons-nous faire de lui ? « 

Tous se mirent à crier :

 » Qu’il s’en aille ! Nous ne voulons pas de lui parmi nous ! « 

Mulikamu prit la parole :

 » Écoutez ce que j’ai à vous dire. Avant que je m’installe parmi vous, le grand Mguri-mgori m’est apparu en rêve pour me demander d’aller vous trouver et de vous apprendre à travailler. Vous êtes fainéants, et votre paresse finira par vous coûter la vie. Je suis là pour empêcher cela. « 

Exaspérée, l’assemblée hurla de plus belle.

 » Je vois que vous courez à votre perte « ,conclut Mulikamu.

Il quitta alors le beau pays du Bon Fleuve.

cyndirella122652839602gros.gifPendant longtemps, on n’entendit plus parler de lui. Un jour cependant, des gens qui redescendaient le fleuve, revinrent avec des nouvelles de Mulikamu. Après s’être installé plus en aval, il avait acheté vingt femmes avec lesquelles il charriait de lourdes pierres et des troncs d’arbres pour les précipiter dans le fleuve, à l’endroit où il était le plus étroit.

Les fainéants rirent de bon coeur :

 » Mulikamu est devenu fou. Le travail lui a ôté la raison. « 

Ils ne rirent pas longtemps. La saison des pluies vint et le fleuve déborda. À chaque saison des pluies, l’eau montait dans le fleuve, inondant les environs. Par la suite, le fleuve retournait dans son lit, laissant derrière lui un limon fertile. Or cette fois-ci, l’eau ne baissait pas, tout au contraire.

L’inondation progressait, détruisant les maisons, tuant hommes et bétail à son passage. Ce fut seulement à cet instant que les hommes comprirent que Mulikamu s’était vengé en construisant un ouvrage sur le fleuve avec ses femmes, barrage qui transforma la vallée en un grand lac.

cyndirella122652839602gros.gifDésespérée, la population fuit l’inondation dans la forêt et, une fois passée la saison des pluies, elle revint dans la vallée pour y reconstruire de nouveaux villages, labourer de nouveaux champs et élever de nouveaux troupeaux au bord du lac. Les hommes les plus sagaces commencèrent à comprendre que pour Mulikamu, il ne s’agissait pas de vengeance. En réalité, il les avait sauvés en accomplissant le voeu du grand Mguri-mgori qui était de leur apprendre à travailler.

Ainsi, les hommes qui vivaient au bord du lac qui se forma sur le Bon Fleuve cessèrent de paresser et devinrent travailleurs.

Depuis ce temps, le peuple de cette contrée vénère Mulikamu. Il lui fait des offrandes et l’appelle au secours le cas échéant, comme s’il était un dieu.

*

ame122506038478art.gif

*



Beignets camerounais

2s1smtk.gif          BEIGNETS CAMEROUNAIS
                                  **************************

*

Ingrédients :

1 kg de farine, 500 g. de sucre poudre
6 oeufs, 100 g. de beurre
15 g. de levure boulangère, 25 cl d’eau
1 c. à s de zestes de citron
1 c. à s de zestes d’orange
1 c. à café de noix de muscade rapée, sel

*

Tamisez la farine au dessus d’un saladier.
Ajoutez-y le sucre, la pincée de sel, mélangez, puis ajoutez la levure. Faites un puits, coupez le beurre ramolli en petits morceaux et ajoutez les oeufs légèrement battus, les zestes de fruits et de la muscade râpée.
Pétrissez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit souple. Si besoin, ajoutez un peu d’eau. Couvrez-la et laissez-la gonfler pendant 30 à 45 mn, à température ambiante.
Travaillez, ensuite,  la pâte 5 mn.
Faites chauffer l’huile de friture.
Farinez un plan de travail. A l’aide du rouleau à patisseries, étalez la pâte sur une hauteur d’un bon centimètre. Détaillez cette pâte en carrés de 2 cm de côté.
Plongez les beignets dans l’huile chaude.
Laissez-les gonfler et dorer de chaque côté.
Retirez-les de la friture, égouttez-les et déposez-les sur du papier absorbant.

*

Vous pouvez manger vos beignets chaud ou froid.

BON APPETIT !

*

bonwee.gif



AFRIQUE …Noël ?

abc5.gifabc5.gifabc5.gif

***

*

 

Dans un mois,  à cette heure, certains enfants seront malades d’avoir trop mangé de gâteries et chocolat…
Il n’en sera, « malheureusement », pas de même pour la plupart des petits africains.
Pourtant les fèves de cacao ne viennent-elles pas de leur magnifique continent ?

Cherchant des informations sur le Noël de nos soeurs-frères africain(e)s, j’ai été assez dépitée de voir qu’ils avaient succombé à la tentation européenne…
Pourquoi un sapin ?
N’ont-ils pas les plus magnifiques arbres ?
Ne peuvent-ils choisir l’une des espèces à croissance rapide pour produire cet arbre de fête ?
Des branches de leur région, joliment arrangées, ne peuvent-elles convenir ?

Dans les moments de précarité, il m’est arrivé de suppléer au sapin que l’on replantera dans un coin de jardin…par des branches ramassées dans la nature…saupoudrées de couleur or-argent ou recouvertes de coton…
Le principal n’est-il pas d’être avec ceux qui partagent notre affection ?

Alors…pas de folie !
Une simple branche de houx, végétal inconnu normalement sous ses latitudes, s’échangera à 3 500 FCFA (35 FF).

Le Père Noël promène également sa bonhomie naturelle au Congo.
Mais pas de risette aux enfants et en leur tirant affectueusement les joues.
Il arpente les supermarchés, se produit lors de matinées payantes où les parents envoient leur progéniture se faire photographier en présence du vieil homme…jeux-chants-contes… une rencontre avec le Père Noël coûtera entre 5 000 et 40 000 FCFA (50 et 400 FF).
Pas trop magique le prix !

 » L’esprit de Noël dépend de l’éducation des enfants. Dans les quartiers populaires, l’idée d’un Père Noël est un folklore assez farfelu. Il serait pris pour un fou s’il se promenait dans les rues de Poto Poto . Ici Noël c’est plus la naissance du petit Jésus que tout ce tralala. C’est avant tout la fête des enfants. Une occasion pour eux d’avoir de petits cadeaux et de manger des gâteaux «  (Joséphine brazzavilloise de 25 ans).

Mais si la débauche de décors et la folie des cadeaux ne règnent pas chez la plupart des gens, Noël reste, comme chez nous et partout dans le monde, une période dédiée aux repas de famille et à la fête.

Alors, là, pour le sens de la fête et de la danse….
notre société de consommation morose peut prendre des leçons !
Le saka-saka (plat à base de feuilles de manioc) est dans toutes les assiettes, tous les proches sont là, on discute et on danse.
Sentiment de partage et d’unité fait oublier quelques heures les problèmes douloureux.
Les enfants étant au centre des festivités !

*

cheerazade122623776607art.gif

*

Bakoudouba la tourterelle

*

 

cyndirella122652839602gros.gifKolitkoto ! Kolitkoto ! Kolitkoto !
J’ai une fille à marier ! J’ai une fille à marier !
Ainsi chantait tous les jours Bakoudouba la tourterelle.

- Et que demande-tu comme dot ? lui demanda Odro la Perdrix.
- Je donne ma fille à qui ramène sur la Terre Vrandjandja la pluie Mirage.

- Vrandjandja la pluie Fugitive ? s’écria la Perdrix. Vrandjandja qui coupe soudainement le chemin du voyageur, s’approche quand il vient, fuit quand il arrive, parfois le surprend par derrière , le poursuit, l’essouffle puis disparaît du ciel quand il atteint un village ? Je ne prétendrais jamais à la main de ta fille.

cyndirella122652839602gros.gifEt Odro s’en alla. Les autres animaux vinrent nombreux et tous impuissants repartirent la tête basse. Téré alla trouver la Mygale son oracle.

- Bakoudouba la tourterelle propose sa fille à celui qui ramène sur la terre Vrandjandja la pluie insaisissable, lui confia-t-il.
- Chevauche l’arc en ciel et coupe la route à Vrandjandja. Tu la captureras pour la ramener docilement sur la Terre, suggéra l’araignée terricole.

Téré se rendit à la source du ruisseau, rencontra l’arc en ciel et lui fit part de son projet.

- La pluie Mirage est partie pour l’autre bout de la terre et reviendra après Apépé la Lune de la disette. Dès qu’elle s’annoncera, viens me chevaucher, nous la poursuivrons pour la dompter.

cyndirella122652839602gros.gifLengoa la Lune du renouveau suivit Apépé et Vrandjandja arriva. L’Arc en ciel emporta Téré haut dans le ciel, joignit les deux bouts de la terre, retint sous sa voûte la Pluie vagabonde qui pour échapper à cette étreinte s’abattit sur la terre en grosses gouttes intermittentes et perlées. Téré épousa la fille de Bakoudouba.

Et depuis lors, captive de l’homme, Vrandjandja revient chaque année arroser la terre pour annoncer en même temps l’arrachage de l’arachide et le ramassage des courges. Symbole de la force et de l’unité parce qu’il supporte la voûte du ciel et l’empêche de tomber sur le Monde dont il unit les deux extrémités, l’Arc en ciel restera l’animal totémique le plus connu et le plus vénéré des Hommes.
(Conte africain)

*****
***
*
*
***
*****

 Bons préparatifs

pour cette période de fêtes

La joie soit dans les coeurs

*

ame122506038478art.gif

*



Tchéïta…bravo !

0a51.jpg

*

Une journaliste haïtienne courageuse

*

Dans sa vie, Tchéïta a tout choisi, sauf l’exil.
A 36 ans, cette femme haïtienne mène sa vie à toute vitesse.
Rédactrice en chef depuis un an de Quasimodo, la radio de l’association France terre d’Asile, cette rebelle est arrivée en France en janvier 2004.

Comme d’autres, elle a connu les difficultés inhérentes au fait d’être une journaliste exilée venant d’un pays en voie de développement.
Mais cette dure-à-cuire a toujours tenu à rester journaliste.
A son arrivée à Paris, elle est d’abord hébergée par des particuliers qui acceptent de l’aider.

Puis, quelques mois plus tard, à la Maison Des Journalistes (MDJ) où elle comprend vite que sa vie va prendre un tournant majeur. 

«  Je n’ai jamais oublié que je suis journaliste, mais j’ai dû mettre ce travail en sourdine pour trouver un logement car j’allais bientôt être mère. Pour cela, j’ai fermé les yeux sur les boulots que je trouvais. Ce n’est pas un manque de fierté mais c’est justement parce que je l’étais que j’ai compris qu’il me fallait avancer à tout prix. Pour pouvoir revenir à mon objectif plus tard, peu m’importait de bifurquer« 

Une fois loin de la Maison, elle continue ses rubriques pour L’œil de l’exilé, le journal de la MDJ, malgré ses petits boulots. Pas de quoi fatiguer cette boulimique de travail qui dit n’avoir besoin que de cinq petites heures de sommeil par nuit …
lire la suite sur le site Afrik.com

*

0a9.jpg

*

Espérons qu’elle pourra faire avancer
la Cause de sa Terre Natale !

*

0gifafr.gif

*



Désir d’Afrique

0afriq41.gif

*

Désir d’Afrique

***

De l’autre côté des nuages
Était un nouveau paysage
Sur l’asphalte, là, un virage
Inattendu puis un village
Rivé au-dessus d’une plage

Désir d’Afrique
D.E.S.I.R., magique
Délire d’Afrique
A.F.R.I.Q.U.E., partir
Désir d’Afrique
Finir en souvenirs

Danses et tam-tam pour tout âge
Accompagnent divers messages
Fêtes et vivres en partage
Rites, chants, les masques d’usage
Invitent l’homme de passage
Qui se glisse dans leur sillage
Unis au charme des adages

Désir d’Afrique
D.E.S.I.R., magique
Désir d’Afrique
A.F.R.I.Q.U.E., partir
Délire d’Afrique
Plaisir des souvenirs

Délire d’Afrique
Attire les coeurs en rodage
Désir d’Afrique
Extase d’un voyage d’images
 ***

*

 

bondimanche15.gif



Tajine d’agneau Makfoul

2s1smtk.gif 

TAJINE D’AGNEAU MAKFOUL

***************************
*******
*

 Ingrédients pour 8 personnes

8 morceaux d’agneau
2 kg d’oignons, 1 tomate,  
1 cuillère à soupe de : persil haché + safran + sucre
1/2 cuillères à café de gingembre
1 cuillères à café de cannelle, 4 bâtons de cannelle
sel, poivre, 1 verre et demi d’huile.


Émincer les oignons.
Placer la viande dans une cocotte avec la moitié des oignons, 1/2 cuillères à café de sel, 1/2 cuillères à café de poivre, 1/2 cuillères à cannelle et les autres épices.
Mouiller avec 2 verres d’eau, couvrir et laisser cuire à feu moyen en remuant de temps en temps.
Retirer la viande de la cocotte (au bout 1h30 environ)
Jeter dans la sauce les oignons restant, la tomate pelé et concassée, le sucre et 1/2 cuillères à café de cannelle.
Faire cuire jusqu’à ce que les oignons soient transparents et caramélisés.
Remettre les morceaux de viande dans la sauce.
Enlever les bâtons de cannelle.
Dresser
dans un plat et servir bien chaud.

 

BON APPÉTIT !

*

bonwee.gif



Photographes africains à l’honneur

 

Aujourd’hui je voulais relayer une bonne nouvelle concernant ce magnifique continent…il y en a tant de désespérantes…

*

Photographes africains à l'honneur dans Nouvelles 0a8Voilà donc :
- Faiza Hajji Wozniak (marocaine)
- Jacob Otieno et Simon Ndegwa (kenyans)
ont été récompensés par la PNUD dans un concours de photos ayant pour thème l’Afrique.

*

Les parrains de cette compétition :
- la fondation AFP
- le fabricant Olympus (Japon)
ont remarqué ces trois candidats aux thèmes différents (arbres, femmes, couple kényan plantant un arbre le jour de leur mariage).

L’administratrice du PNUD, Helen Clark, espère que ces clichés apporteront un message pour le « Sommet de Copenhague sur la vulnérabilité des plus pauvres face au changement climatique« .

Espérons que le message sera écouté-entendu-stimulateur !!!

 *

N’oubliez pas de participer
au concert de soutien
(si vous pouvez)

*

0a7.jpg

***

*

0gifafr.gif



O souffrances !

0afriq41.gif

*

*

*

O souffrances !

***

*

*

L’Afrique ne peut plus endurée cette terrible souffrance
La souffrance est ce le propre de l’africain ou un coup fatal du destin?
La souffrance lui colle à la peau comme des poils.
Des orphelins aux familles brisées.
Et le Sida n’épargne pas!
Des veuves au lourd fardeau d’élever les enfants seuls et sans confort matériel!
Oh! Afrique souffrante!
Oh! Afrique, source de maux inépuisable et trône de guerre.
Dévorée par des guerres sans causes justes, des balles qui sifflent comme des serpents venimeux.
Pieuse Afrique! Qui t’appris à banaliser la dignité intrinsèque de l’être humain et de fouler au pied son potentiel universel?
Oh, peuples africains toujours victimes.
Pourquoi meurent-ils alors qu’ils n’ont rien fait?
Pourquoi meurent-ils s’ils n’ont signés de leurs mains propres un contrat avec la Babylone?
Est-ce justes qu’ils meurent cependant qu’ils n’ont pactisent avec le diable.
Doit t-on punir l’impuni ou l’impunité?
Méli-mélo.
Peuples victimes baignant dans le sang innocent.
Peuples nobles qui on prend la décision pour aveugles
Aveugles éternels! Ils gouttent au coup amer de déboires et combien cela est douloureux dans leurs entrailles.
Afrique d’antan, d’aujourd’hui et demain.
Et toi souffrance injuste qui a élu domicile dans mon beau Afrique, nous te chassons sans préavis, quitte le berceau de l’humanité!

***
*

kirikasilvano

***

*

 

bondimanche15.gif



Poulet Melloukhia

2s1smtk.gif   

POULET MELLLOUKIA

*********************
(recette égyptienne)

*

                                   
                     

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :


- 1/2 kg de feuilles de Melloukhia séche
  (vous les trouverez chez les épiciers de produits égyptiens)
- 1 poulet fermier
- 3 verres de riz
- 1 bouquet de coriandre fraîche
- 50 g de beurre
- 4 gousses d’ail,  4 oignons blancs
- 1/4 verre de jus de citron, 1/2 verre de vinaigre
- du pain libanais grillé ou des croûtons de pain
- sel,  poivre.

*

Bien laver les feuilles de Melloukhia. 
     (Laisser reposer 30 mn dans l’eau.)
Faire dorer dans le beurre 1 oignon finement haché avec l’ail pilé et la coriandre.
Ajouter, dans la cocotte, le poulet, sel, poivre et le jus de citron. 
Cuire le poulet recouvert d’eau 30 mn, retirer le poulet.
Dans le bouillon ajouter la préparation à base de coriandre et la Melloukhia égouttée.
Cuire 10 à 15 mn à feu moyen.

*

Servir chaud 
le poulet avec du riz pilaf, des fragments de pain grillé et un bol dans lequel macèrent les oignons finement hachés et le vinaigre.

Chaque convive se sert dans une assiette creuse dans laquelle il dépose : le riz, le poulet émincé, le pain grillé, le tout arrosé de la sauce Melloukhia.
Terminer par quelques cuillerées de vinaigre.

bonwee.gif

 



12

Gaullistes de Marseille |
Le gaulois fait des siennes |
DIA = A gauche toute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouvement des Autonomistes ...
| justiceetvaleurs
| actualité et infos décortiq...