CAMEROUN…amer ?

*
***
*

CAMEROUN

***
*

0a3.gif

*

Si le chocolat amer, les connaisseurs le disent, est le meilleur…il n’est certainement pas souhaitable que l’amertume gagne des citoyens…ceux de la filière cacao au Cameroun l’ont dit.

Cette recherchée matière première procure des bénéfices…qui ne profitent qu’aux compagnies étrangères et à quelques corrompus locaux…; car, là aussi, comme partout dans le monde en général et en Afriqueen particulier…la CORRUPTION est un fléau aussi mortel que le Sida.

*

0a100.jpg

*

Peu d’Occidentaux connaissent la provenance de leur barre chocolatée ou de leur chocolat chaud et encore moins la façon dont ils sont produits.

Grâce à notre périple camerounais, nous avons pu découvrir un des grands pays producteurs de cacao et étudier aussi bien la culture elle-même que la transformation ou les institutions qui les encadrent. Cette filière a subi de plein fouet la libéralisation du secteur au début des années 1990 et les cultivateurs ont vu leurs revenus diminuer de manière conséquente depuis.

La question qui s’est alors posée à nous est la suivante :
comment est-il possible d’augmenter le revenu des planteurs ?
Pour y répondre, nous avons axé nos recherches, questions et entretiens sur deux aspects permettant de le diversifier et/ou de l’augmenter : l’agroforesterie (c’est-à-dire, dans ce cas, l’association de la culture du cacao et d’arbres fruitiers) et la valorisation des sous-produits de la culture.

Au cours de ce rapport, nous tenterons de présenter les différents acteurs de la filière et le contexte dans lequel ils évoluent. Puis nous nous intéresserons aux nombreux problèmes rencontrés par les agriculteurs lorsqu’ils cultivent cet arbre, avant de voir quelles sont les solutions apportées pour y remédier et quelles sont celles qui sont ou devraient être envisagées. Enfin, après quelques critiques adressées à la filière dans son ensemble, nous étudierons plus précisément une piste qui pourrait être intéressante dans l’optique d’une augmentation de revenu.

Lire la suite dans : obouto.com

 *

0a37.jpg0a311.jpg0a82.jpg0a43.jpg

*

Comme tous les peuples africains, les ancêtres des habitants du pays se sont installés sur ces terres il y a des milliers d’années.
Les premiers habitants seraient les Baka (pygmées) ; il en existe toujours dans les forêts du Sud et de l’Est.
Les peuples bantous, quant-à eux, se seraient installés sur ce sol un millénaire avant Jésus-Christ.

Les premiers contacts avec des étrangers seraient intervenus avec le Carthaginois Hannon. Selon une légende, au V° siècle av.J.-C., il aurait atteint le Mont Cameroun (4.095m) et l’aurait baptisé « Char des Dieux ».

*

0a61.jpg

*

Les européens, connurent cette zone à partir des « grandes découvertes » avec les marins portugais et espagnols.
L’équipage de Fernando Pô, entrant dans l’estuaire du Wouri, se serait extasié devant l’abondance des crevettes dans ce cours d’eau qu’ils nommèrent Rio dos Camaroes…origine du nom du pays Cameroun.

Comme tous les pays du continent, surtout côtiers, les peuples subirent les convoitises des portugais-néerlandais-allemands-européens.
Les échanges commerciaux, leur protection et la traite négrière (avec la complicité de certains chefs de tribus)…furent des éléments perturbateurs des organisations politico-sociales existantes.
Pour autant, même de nos jours, le droit coutumier des chefferies est très important.

*

0a110.jpg

*

En 1884, les allemands affirment un protectorat et se lancent dans des travaux importants d’infrastructures (routes, première ligne de chemin de fer, port de Douala, écoles, hôpitaux, grandes plantations – cacaoyers, bananiers, caféiers, hévéas, palmiers à huile etc.).

Mais les indigènes… soumis au travail forcé-châtiments corporels…se libèrent du joug dès la défaite allemande de 1914-1918.
La Société Des Nations confie la grande partie orientale à la France,
et la zone occidentale, proche du Nigéria, au Royaume-Uni.
L’une appliquera une politique d’assimilation, l’autre adoptant celle de l’indirec-rule.

*

0a8.jpg0a8.jpg0a8.jpg

*

Nouvelle guerre mondiale…nouvelle faiblesse…
Ruben Um Nyobe, dirigeant de l’UPC(Union des populations du Cameroun), revendique l’indépendance et la réunification. 
Le mouvement interdit, réprimé par le pouvoir colonial français, entre dans le maquis ; une situation de guerre s’installe en pays Bassas et Bamileke.
Un peuple chez lui gagne toujours …un jour ou l’autre…
La zone française obtient son indépendance le 1er janvier 1960.
Après des années de luttes, le pays est réunifié le 20 mai 1972.

*

0a93.jpg  0a101.jpg 0a51.jpg

*

Aujourd’hui, ce pays de 475.000 km2 abrite 18.4467.692 habitants (34h/km2).

C’est un melting-pot de nombreuses ethnies (280)  où prédominent : semites, hamités, bantous, soudanais, etc et de nombreux métissages.
Il arrive à l’autosuffisance alimentaire à 95% grâce à son économie rurale à 80% produisant des aliments de base pour la consommation locale ; en plus des exportations (bananes, café, coton, cacao, …) et l’élevage.

Les ressources de son sous-sol, (correctement exploitées et redistribuées) : bauxite, fer, cobalt, nickel, manganèse, diamant et gaz naturel, etc….devraient permettre d’améliorer le sort des citoyens…
d’autant qu’une zone littorale d’environ 400 km, bien aménagée, stimulerait le tourisme déjà présent à Kribi et Limbé 
malheureusement, le pouvoir est surtout… présidentiel…avec un chef Paul Biya qui souhaite s’éterniser à la tête du pays…(et le spolier à la Bongo ?).
Notable : le pays attend toujours que soit installé son Sénat….

*

0a80.jpg

*

BONNE CHANCE A VOUS !

***

*

 Image de prévisualisation YouTube

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Image de prévisualisation YouTube

*

 

 bonamitie.gif

 



Gaullistes de Marseille |
Le gaulois fait des siennes |
DIA = A gauche toute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouvement des Autonomistes ...
| justiceetvaleurs
| actualité et infos décortiq...