TERMITES…contre fourmis

*

Origine
de la bataille rangée 
fourmis noires
termites rouges

*
***
*

0a807.gifLas de vivre seul, Téré décida un jour d’aller chercher une compagne. Il se rendit au pays de Bacouya, le Cynocéphale où il rencontra une épouse de son goût.
Ses beaux-parents lui érigèrent comme condition unique du mariage de leur bâtir une case. Téré coupa de la paille qu’il fit sécher au soleil.

*

0afriqmaisons.jpg0afriqmaisons.jpg0afriqmaisons.jpg

*

Trois jours après, quand il voulut la ramasser, il fut mordu à la main droite par un gros termite rouge.
Son sang gicla, abîma les ailes d’un papillon qui s’envolait.
Les oiseaux en voyant cette tâche de sang sur les ailes du papillon crièrent. Leurs cris alertèrent le singe blanc qui, affolé, se mit à courir et détacha dans sa fuite un gros fruit sauvage.
Ce fruit sauvage tomba sur le dos d’un éléphant qui en se sauvant piétina une tortue.
La tortue à son tour fit jaillir du feu qui incendia la brousse, domaine des fourmis noires.

*

0a803.jpg0a803.jpg0a803.jpg

*

Celles-ci se portèrent chez la tortue pour lui demander pourquoi elle avait mis le feu à leur brousse.
La tortue accusa l’éléphant qui à son tour incrimina le singe blanc.
Le singe blanc parla d’un gros fruit sauvage qu’il avait bousculé dans sa fuite devant les cris réitérés de certains oiseaux affolés.
Les oiseaux soutinrent qu’un papillon aux ailes rouges de sang les avait effrayés. Le papillon nomma Téré qui lui avait abîmé les ailes par son sang. 
évoqua la morsure d’un termite rouge au cours d’une opération de ramassage de paille sèche.

*

0a800.jpg0a800.jpg0a800.jpg

*

Les fourmis noires se portèrent alors chez les termites rouges, leur livrèrent bataille, en exterminèrent et transportèrent les cadavres dans leur demeure.

Elles jurèrent de combattre les termites rouges à chaque rencontre pour se venger de leur crime.

*
***
*

0bonlundi20.gif



MIAM-miam Couscous royal

Digne d’une
SAINT VALENTIN
votre amour n’est-il pas royal !?

*

0agifcouple.gif

*

COUSCOUS ROYAL


***
*

INGRÉDIENTS

1 kg de semoule fine pour couscous
5 merguez, 500 g de boeuf à braiser, 1kg d’agneau, 4 cuisses poulet
125 g de pois chiches, 400 g de navets, 3 oignons, 2 poivrons rouge
1 cuillère à café de ras el hanout
1 pincée de safran, sel poivre
150 g de beurre

*

0a401.jpg0a42.jpg0a44.jpg

*

PRÉPARATION

- Disposer dans une marmite : agneau en morceau, cuisses de poulet, merguez.

- Faire revenir avec 10 g de beurre, puis couvrir d’eau aux 3 quarts.
- Ajouter les légumes coupés en morceaux avec les épices, les pois chiches (trempant depuis la veille), le boeuf coupé en cubes.

Mettre à bouillir le tout à petit bouillon pendant 1h35.

Ensuite,
- disposer la semoule dans le panier supérieur
- laisser cuire.
- Verser la semoule cuite dans un récipient…la manier avec le beurre

Enfin,
- creuser un puits au centre de la semoule,
- ajouter les légumes 
- disposer  la viande autour
- servir  le bouillon à part.

*

BON APPÉTIT !

*
***
*

0abonwwekd.gif



ZOUTENN (Chanteur centrafricain)

0abjsabas.gif

ZOUTENN

A la fête du village

*

***

*

Image de prévisualisation YouTube

*

***

*

bonnejournee2022.gif 

 



CENTRAFRIQUE Hymne (p&m)

0abjsabalion.gif

*

***

* 

Bêafrîka, mbeso tî âBantu
Kîri mo gbû gîgî tî mo-mvenî
Mo bâa pâsi na gbe tî âzo kûê
Me fadësô, mo ke na kürü gô
Mo sö benda, mo bûngbi kûê ôko
Na kusâra ngâ na nëngö-terê
Tî tö ndâ tî finî dutï tî ë sô
E mä gbegô tî_âkötarä tî ë

*
E gbû kua nzönî na nëngö-terê
E kpë ndiä nzönî na mängö-terê
E kinda wasïöbê, ë tomba pâsi
E yâa bandêra tî ködrö tî ë!

*
***

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

Ô Centrafrique, ô berceau des Bantous !
Reprends ton droit au respect, à la vie !
Longtemps soumis, longtemps brimé par tous,
Mais de ce jour brisant la tyrannie.
Dans le travail, l’ordre et la dignité,
Tu reconquiers ton droit, ton unité,
Et pour franchir cette étape nouvelle,
De nos ancêtres la voix nous appelle.
Au travail dans l’ordre et la dignité,
Dans le respect du droit dans l’unité,
Brisant la misère et la tyrannie,
Brandissant l’étendard de la Patrie

*
***
*

0a7.jpg

*



MALEPOPO (chanteur)

0a809.jpg0a506.jpg0a809.jpg

*

 

MALEPOPO

chanteur centrafricain

*

***

*

Image de prévisualisation YouTube

*

***

*

bonnejournee2022.gif



CENTRAFRIQUE…fric à qui ?

*

 CENTRAFRIQUE

*
***
*

0a30.png

*

La Centrafrique est un pays sans accès à la mer ayant la particularité de longues frontières fluviales lui ayant donné son nom lors de la colonisation française de la fin du XIX°siècle : l’ Oubangui-Chari.
En effet, l’Oubangui coule au Sud et le Chari a son bassin au Nord de ce territoire devenu une République le 1 décembre 1958, notamment grâce aux effort du Père de la Nation : Barthélemy Boganda.

*

0a25.jpg0a2.jpg0a29.jpg

*

Barthélémy Boganda, né le 4 avril 1910 (Bobanguri),
11° de 12 enfants, (ethnie Bwaka)  après une enfance dramatique, est élevé (devenu orphelin de père-mère) à la Mission St Jean Baptiste Bétou.
Brillant sujet,
indigène le plus cultivé de la Colonie, ordonné prêtre en 1938, élu député d’Oubangui-Chari  sous l’étiquette MRP en 1946 
il fonda en 1949 le Mouvement pour l’évolution sociale de l’Afrique noire (MESAN) en le finançant avec son traitement de député.

Son but :
Émanciper-nourrir-vêtir-soigner-loger-instruire.

Il fut constamment réélu et gravit l’échelle sociale jusqu’à être le 1er Président du pays …mais un « accident d’avion non élucidé » mit fin à l’action de celui qui a réalisé le drapeau et l’hymne de son pays.

*

 0a281.jpg

*

O Centrafique, ô berceau des Bantous !
Reprends ton droit au respect, à la vie !
Longtemps soumis, longtemps brimé par tous.
Mais de ce jour brisant la tyrannie.
Dans le travail, l’ordre et la dignité,
Tu reconquiers ton droit, ton unité,
Et pour franchir cette étape nouvelle,
De nos ancêtre la voix nous appelle.

Au travail dans l’ordre et la dignité
Dans le  respect du droit dans l’unité.
Brisant la misère et la tyrannie
Brandissant l’étendard de la Patrie.

*

0a5.jpg

*

De nos jours, la Centrafrique,
territoire de 622.984km2
abritant 4.500.000habitants parlant le français (langue administrative)
et le Sango (langue véhiculaire)
est organisée en 14 préfectures.

Après d’incessantes guerres…
n’arrangeant que des  factions ou compagnies étrangères achetant à bas prix : diamants, uranium, or, pétrole, bois tropicaux etc…
l’industrialisation est quasi-inexistante.

*

0a8.jpg0a9.jpg0a20.jpg

*

L’agriculture apporte donc 55% du PIB
mais manioc-bananes-coton-mais-café-tabac-canne à sucre etc…
sont cultivés « à l’ancienne » chez les paysans…et leur rapportent peu en comparaison aux grandes exploitations de certaines sociétés…

*

Les monopoles de l’Etat (eau, électricité, téléphone filaire…),
 sont à la fois :
- mal entretenus
- en déficit
à cause du poids de la dette, du peu de rapport des richesses du pays et de la corruption.
Les arriérés de paiement des salaires entraînent donc grèves et mouvements sociaux.

*

0a10.jpg0a40.jpg0a.jpg0a28.jpg

*

Comme souvent en Afrique une faune et flore très diversifiées et des paysages grandioses pourraient attirer une clientèle touristique.
Mais il faudrait une meilleure gestion des ressources naturelles… pas d’interférences extérieures…et la fin de l’insécurité !

Ainsi, la croissance de 2% en 2005…ne profite qu’à la Capitale Bangui qui attire les populations rurales…alors encore plus précarisées.

Si le rêve de Boganda d’unir
Centrafrique
Gabon
Congo
Cameroun
s’était réalisé…


vraisemblable que l’Entité Politique aurait pu mieux se défendre des prédateurs tout en étant plus viable …car moins divisée et plus apte à protéger ses intérêts.

*

0a7.jpg

*

Le Ciel fasse que
les conflits cessent
les ressources du pays profitent à tous ses citoyens

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Image de prévisualisation YouTube

*

Image de prévisualisation YouTube

*

bonamitie.gif



ZARAZARA la vertueuse

 

 UNE FILLE et SA MÈRE

ou
La punition

*

 

0a807.gifUn jour, la jeune Zarazara, du village de Madori partit en brousse chercher du bois de cuisine.
Elle était tout affairée près d’un marigot, quand elle vit une petite tortue sortir de l’eau et se diriger vers le buisson où elle se trouvait.
Zarazara  prit la tortue et la roula dans son pagne.
Vite, elle lia son fagot, le prit sur la tête et se hâta de revenir au village où elle montra l’animal à sa mère.

Puis, elle alluma un feu pour griller sa tortue et se réjouissait déjà du bon repas qu’elle allait faire.

Mais, au moment où la braise était à point, sa mère l’appela :
Viens m’aider à piler le mil pour le déjeuner de midi.
Zarazara obéit immédiatement.

Le mil pilé, elle s’apprêtait à cuisiner sa tortue quand sa mère qui l’observait du coin de l’œil, fit encore appel à ses services :
Viens m’aider à vanner le mil.
La jeune fille obéit à nouveau.

Et ce manège dura jusqu’à ce qu’elles achèvent de préparer le déjeuner.

Or, pendant que Zarazara aidait sa mère, cette dernière fit signe à ses autres filles de griller la tortue et de la manger sans se soucier d’elle.

Quand toute la famille eut fini de déjeuner, Zarazara demanda à sa mère si elle pouvait à présent griller sa tortue.
La mère répondit simplement qu’elle n’aurait pas à se donner cette peine car ses sœurs l’avaient déjà mangée.

*

0a800.jpg0a800.jpg0a800.jpg

*

Pour Zarazara, la surprise fut désagréable, elle se mit alors en colère, pleura et quitta la maison de ses parents pour se réfugier dans la brousse.

Sa mère qui connaissait l’efficacité de sa fille dans les tâches ménagères, partit à sa recherche et l’aperçut, perchée sur la branche d’un baobab.
Elle la pria de descendre en chantant :
Diyata, Diyata shido da bisa .

La fille lui répondit sur le même air :
Ouwata, ouwata bana shido ba, da sun ka tchi kounkourun su ba taré da ni ba.

Après plusieurs essais, de guerre lasse, la mère revint au village et informa son mari de l’attitude de sa fille.

Il tenta à son tour de ramener Zarazara à la maison en entonnant le refrain de sa femme.
Il n’eut pas plus de succès : la jeune fille lui fit la même réponse.
Il rentra donc lui aussi bredouille au village.

*

0a803.jpg0a803.jpg0a803.jpg

*

Or, la nuit suivante, une violente tornade secoua si fort le baobab où était perchée Zarazara que la jeune fille tomba.
Tous ses os se brisèrent et le matin, quand sa mère revint sur les lieux, elle ramassa les restes de sa fille dans un panier en se lamentant.

Elle avait cependant un espoir de pouvoir lui redonner vie : en effet, elle avait entendu parler de l’existence, dans un village voisin, d’un forgeron très habile capable de remettre en place les squelettes brisés.

L’artisan accepta de refaçonner la jeune fille à une condition : qu’elle-même emmène ses deux bœufs au pâturage, qu’elle mange tout ce qu’ils mangeraient et qu’elle boive l’eau qu’ils auraient bue et dans laquelle ils auraient laissé tous leurs excréments.

La mère, dégoûtée, accepta tout de même l’épreuve.
Elle mena les deux bœufs au pâturage, mangea de ce qu’ils avaient mangé et but l’eau qu’ils avaient troublée de leurs excréments.
Puis, elle revint au hameau du forgeron avec les animaux.

Quand ils s’approchèrent de l’atelier, le grand bœuf beugla :
Oumbou ! oumbou ! baban dogari gyara kira kay day gyara kira.

*

0a800.jpg0a801.jpg0a803.jpg0a800.jpg

*

L’habile forgeron tint alors promesse et la répara si bien la jeune fille qu’il la rendit à sa mère plus jolie qu’elle n’était avant l’accident.

Un jour, le fils du roi vint à passer et l’ayant aperçue, il fut sous le charme de sa beauté et la demanda en mariage.

Les parents de Zarazara, heureux et fiers, acceptèrent aussitôt et on célébra en grande pompe les cérémonies du mariage.

*

0a801.jpg0a801.jpg0a801.jpg

*

C’est alors que Tarzoma, la coépouse de la mère de Zarazara  fut prise d’une immense jalousie et ordonna à sa fille Gouarigouaza de grimper sur la branche d’un baobab et de se laisser tomber pour pouvoir se faire réparer par l’habile forgeron d’hommes.
Quand elle serait transformée en une très belle jeune fille, elle aurait, elle aussi, un prince pour mari.

Aussitôt dit, aussitôt fait.
Mais Tarzoma, n’eut pas le courage d’accomplir l’épreuve imposée.
Lorsque les bœufs revinrent du pâturage, près de l’atelier de l’artisan, ils lui tinrent ce langage :

Oumbou ! oumbou ! Baban Dogari batakira kay day bata kira.

Le forgeron fit de Gouarigouaza la fille la plus laide du monde.
Sa mère en la voyant s’affola et s’enfuit dans la brousse d’où elle ne revint jamais.

*

0bonlundi20.gif



MIAM-miam…TIEB DIEN

2s1smtk.gif

 TIEB DIEN

*

Ingrédients

1 gros poisson (tiof ou du poisson de la famille des mérous)
Oignons/2  Carottes/4 chou vert/1 Navets/2
Manioc/1 tubercule - Potiron/1 morceau
Tomate concentrée : 1 petite boîte
Yète (poisson séché) : 1 morceau
sel, piment, 1 cube maggi

*

0a81.jpg0a11.jpg0a81.jpg0a11.jpg0a81.jpg

*
***
*

Préparation

- Faire dorer le poisson préalablement fariné, le garder de côté.
- Éplucher-couper grossièrement les légumes.

- Faire revenir dans de l’huile la moitié des oignons émincés avec la tomate concentrée (délayée dans un peu d’eau)

. Mettre de l’eau et faire bouillir.
- Plonger alors tous les légumes, y compris l’autre moitié d’oignons mixés ou pilés en ajoutant le cube maggi ; saler, ajouter le piment sans le couper.

- Faire cuire environ 1 heure.
- Ajouter le poisson et laisser encore 20 mn.

Quand tout est cuit sortir l’ensemble des ingrédients ; maintenir au chaud.
Dans le bouillon, faire cuire le riz à petit feu.
Pour servir prendre un grand plateau y verser le riz puis disposer le poisson et les légumes au centre du plat.

*

BON APPÉTIT

*
***
*

0a1.gif0a1.gif0a1.gif



EVORA-Lavilliers…

0afriquevillage.jpg0afriquevillage.jpg0afriquevillage.jpg

*
***
*

 Pour le plaisir
de la musique 
des voix…

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

bonnejournee2022.gif



Cesaria EVORA…

0africqtex.jpg0africqtex.jpg0africqtex.jpg

*

CESARIA EVORA

Ah la musique !…

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

bonnejournee2022.gif



123

Gaullistes de Marseille |
Le gaulois fait des siennes |
DIA = A gauche toute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouvement des Autonomistes ...
| justiceetvaleurs
| actualité et infos décortiq...