SAFEM…femmes !

*
***
*

Un peu du Niger…

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

N’est-ce pas une ouverture entraînante ?

*
***
*

0a22.gif

 



ELEPHANTS ?…protéger !

*
***
*

0a5.gif0a2.gif

*
***
*

Ne faut-il pas

continuer à protéger ces espèces ?!

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

PHOTOS…OUI

COUTEAUX…NON !

*
***
*

0a8.gif              0a7.gif

*



BEAUTE en Namibie

0a2111.gif

*
***
*

 Namibie

par

Juan KITI

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

Avez-vous aimé ?

*
***
*

bientot2.gif



VUES du Mozambique

*
***
*

Quelques images

plus gaies ?

*
***
*

*

Image de prévisualisation YouTube

*

*
***
*

Certainement

un fort potentiel touristique !

*
***
*

0aafrijuin.gif

 



MASAI…danse

*
***
*

 

0a27.gif

*

Un peu de folklore ?

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

0abjsabalion.gif



MAHAMAT-SALEH HAROUN

*

0abjmercisaba.gif

*
***
*

Mahamat-Saleh haroun

*
***
*

Le Tchad

à l’honneur

*
***
*

0a113.jpg0a113.jpg0a113.jpg

*
***
*

 Le cinéaste Mahamat-Saleh Haroun, qui a remporté le prix du Jury du 63e Festival de Cannes dimanche avec
« Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse »,
signe des fictions graves et bouleversantes, avec lesquelles il souhaite « ramener l’Afrique dans l’Humanité ».

« Les films que je fais, c’est tout simplement pour ramener l’Afrique dans l’Humanité. Il me semble que souvent, on lui a refusé cela » a-t-il lancé à la presse internationale réunie à Cannes.

*

0a114.jpg

*

« On me dit que mes films sont universels, mais je suis un homme donc je suis porteur d’universel. Cela ne devrait étonner personne, que je fasse un film universel ! »

A 49 ans, il a réalisé trois autres fictions :

- « Bye bye Africa« , qui a gagné le Prix du premier film au Festival de Venise 1999,
-   »Abouna » (2002)
- « Daratt » qui remporta le Prix du jury à Venise en 2006 et l’Etalon de bronze au Festival panafricain de Ouagadougou (Fespaco).

*

0a123.jpg0a133.jpg0a123.jpg

*

« Quand j’ai vu le drapeau du Tchad flotter à l’entrée de la Mostra en 1999, ça m’a fait quelque chose », confiait-il dans un entretien à l’AFP.

Il avait sept ou huit ans lorsqu’il est entré dans l’unique cinéma d’Abéché avec son oncle, pour fêter la fin du Ramadan en regardant un film de Bollywood.

« J’ai été marqué par un gros plan d’une belle Indienne …/…

Lire la suite dans La Dépêche du Midi

*

0a222.jpg0a222.jpg0a222.jpg
***
*

BRAVO !

*

Sûr que

l’ AFRIQUE

est dans l’humanité !

*
***
*

0abonnejourne.gif



BOOMAME…nostalgie ?

0a27.gif

*

Groupe

BOOMAME

*

***

*

Image de prévisualisation YouTube

*

***

0afriq6.gif0a28.gif0afriq6.gif

*

***

Certains(e)s en ont la nostalgie ?

***

*

0abjsabalion.gif



COMORES…hymne

0a220.jpg0a220.jpg0a220.jpg

*
***
*

Image de prévisualisation YouTube

*
***

Oui… Vive les Comores …dans la Paix !

***
*

0agifmer10.gif0agifmer10.gif0agifmer10.gif



CENTRAFRIQUE Hymne (p&m)

0abjsabalion.gif

*

***

* 

Bêafrîka, mbeso tî âBantu
Kîri mo gbû gîgî tî mo-mvenî
Mo bâa pâsi na gbe tî âzo kûê
Me fadësô, mo ke na kürü gô
Mo sö benda, mo bûngbi kûê ôko
Na kusâra ngâ na nëngö-terê
Tî tö ndâ tî finî dutï tî ë sô
E mä gbegô tî_âkötarä tî ë

*
E gbû kua nzönî na nëngö-terê
E kpë ndiä nzönî na mängö-terê
E kinda wasïöbê, ë tomba pâsi
E yâa bandêra tî ködrö tî ë!

*
***

Image de prévisualisation YouTube

*
***
*

Ô Centrafrique, ô berceau des Bantous !
Reprends ton droit au respect, à la vie !
Longtemps soumis, longtemps brimé par tous,
Mais de ce jour brisant la tyrannie.
Dans le travail, l’ordre et la dignité,
Tu reconquiers ton droit, ton unité,
Et pour franchir cette étape nouvelle,
De nos ancêtres la voix nous appelle.
Au travail dans l’ordre et la dignité,
Dans le respect du droit dans l’unité,
Brisant la misère et la tyrannie,
Brandissant l’étendard de la Patrie

*
***
*

0a7.jpg

*



Marie Ndiaye ? Goncourt 2009 !

Marie Ndiaye
Goncourt 2009

***
*

0a1.jpg

*

 

Même si elle ne le reconnaît pas toujours dans ses interviews, la romancière Marie Ndiaye, à l’instar des trois héroïnes de son dernier roman, « Trois femmes puissantes », est quelque peu écartelée entre deux cultures. Il est vrai qu’elle n’a presque pas connu son père, un jeune étudiant de la fin des années 1960 qui est retourné au Sénégal alors qu’elle n’avait que trois ans. Mais, au fond d’elle, Marie Ndiaye a quand même quelque chose d’Africaine, de Sénégalaise, qui ne transparaît pas uniquement dans son physique, son « faciès » comme disent certains, mais également dans ses histoires d’êtres tourmentés qui semblent se chercher, comme Norah, cette métisse de 38 ans qui revient au Sénégal à la quête du père.

A 42 ans, Marie Ndiaye semble avoir pris un nouveau tournant dans sa vie d’écrivain, mais aussi dans sa vie tout court. Elle qui semblait être très distante de ses racines, se dit maintenant prête et « suffisamment mûre pour approcher l’Afrique », ce continent qu’elle connaît « très mal », car n’y ayant passé que deux ou trois semaines. Elle a fait cette confidence hier, sur les ondes de Radio France internationale (Rfi), après avoir été sacrée Goncourt 2009. Il est vrai qu’on ne peut pas lui reprocher d’être plus « Toubab » que Sénégalaise. Elle a essentiellement été élevée dans un milieu français par une mère enseignante, avec son frère Pap Ndiaye, actuellement professeur à l’Ecole des hautes…(Lire la suite dans allafrica.com)

*

*

Image de prévisualisation YouTube

*

FELICITATIONS !

*

bonnejourneee38.gif

*

 



123

Gaullistes de Marseille |
Le gaulois fait des siennes |
DIA = A gauche toute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouvement des Autonomistes ...
| justiceetvaleurs
| actualité et infos décortiq...